منتدى عام وشامل
 
البوابةالرئيسيةدخولالتسجيل

شاطر | 
 

 Nos derniers poèmes de vie

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
midi007



ذكر
العمر : 23
عدد المساهمات : 336
تاريخ التسجيل : 03/04/2010
علم الدولة : الجزائر

مُساهمةموضوع: Nos derniers poèmes de vie   الجمعة 16 أبريل 2010, 19:38

Le temps qui passe

J’ai peur du temps qui passe
De ma vie qui défile
Comme un avion de chasse
Dans le ciel tranquille

J’ai peur de la mort
De se qui sent suie
Il y auras t-il de l’or
Ou peut être de la magie

J’ai peur de demain
De se que je vais entreprendre
Que vais-je faire de mes deux mains
Vais-je me surprendre

On ma dit un jour
Ne pense pas au lendemain
La vie suis son cour
Et tu n’y peu rien

Je veut bien croire cela
Mais comment pourrais-je faire
Avancé je ne peut pas
Car mon cœur écorché se perd

Le terme a se poème
Et que je vais tout tenté,
Écouté les gens que j’aime
Pour essayé d’avancé

Oublié le mal qu’on ma fait subir
Qui me ronge de l’intérieur
Celui qui ma fait souffrir
Je n’attend que son heure


Le sens de la vie

La vie est combat continuel
Qui n'a pour but que le bonheur d'un être
Mais si ce combat s'avère hardi et rempli de souffrances
Alors les ténèbres incombent l'Homme
Mais l'Homme dans son intelligence
Se relève de ses blessures
Rempli de courage et enveloppé de sagesse
L'Homme va de l'avant sans se soucier
Du malheur qui pourrait le traverser
Aveuglé par l'amour
Son cœur enflammé d'un doux brasier
Perdu dans ce vaste univers
Fourvoyé dans ce monde perverti et innommable
Il prolonge son châtiment
Plongé dans l'obscurité et l'abîme
Sentir la tardive agonie de son âme
Oppressé par l'opacité de la perversion de ce cosmos
Infini et insolent par sa grandeur
L'Homme finit par trépasser
Sans se plaindre et sans regret

La terre

Je suis ici, nous sommes ici,
Sur cette terre, inconnu,
À cette terre verte et marron,
Et à la mer bleue,

Ou sommes-nous,
Pour toujours,
Coincé ici,
On veut s'évadé.

Ces millions de personnes,
Inconnu, familières ou ressemblantes,
Nous sommes pareille ou presque,
Blanc, noir, créole, chinois, cela n'a pas d'importances

Ou sommes-nous,
Pour toujours,
Coincé ici,
On veut s'évadé

Moi je suis la,
Toi tu es la,
Et sur cette terre,
Personnes n'est au même endroit.

Vie

Par là une prairie où coulent des flots purs
Des neiges éternelles, une roche dur
Quelques arbres vermillon, un imposant ravin
Une montagne majestueuse, un lieu divin

La rivière laisse glisser de l’eau, en bas
Un frais liquide azur qui ne désaltère pas
On étanche sa soif en regardant au loin
Vers les cirrus blancs, où la pluie est crachin

Une montagne au loin, un pic
Un doux petit rocher
Une modeste crique

Les rayons chauffent le dos
Et aident à avancer
A atteindre le col
Ne jamais renoncer

Puis des nuages gris, une douce brise
L’orage se prépare, la bise
Ne pas se retourner et viser le sommet
Encore quelques pas, la paix

La vie a pris ici parmi les herbes folles
Je peux mourir là tout en haut de ce col

La nature souvent aime reprendre ses droits
Celui de donner vie et de cesser parfois


Les saveurs du monde
Longtemps, dans l'effroi, des tentacules
obscures,
j'ai suivi la lumière, au travers les paillettes,
avec pour seul courage, la force des dorures,
avec pour seul langage, les mots comme des miettes.

J'ai tenté l'aventure, mon miroir en futur,
pédalant dans le vide, assis dans les senteurs,
les parfums d'outre-tombe, les gelées de murmures,
les étoiles maritimes, se baignant de lueurs.

Bientôt, je sentirai, de la terre toute entière,
les brouillards des marées, les bruines de sèves blondes,
les volcans de cuisines, les chauffes de l'enfer,
le paradis des sens, toutes les saveurs du monde.

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 
Nos derniers poèmes de vie
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتدى هيثم أمين :: منتديات اللغــات :: اللغـــــات الأجنبيـــة-
انتقل الى: