منتدى عام وشامل
 
البوابةالرئيسيةدخولالتسجيل

شاطر | 
 

 Nos derniers poèmes tristes

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
midi007



ذكر
العمر : 23
عدد المساهمات : 336
تاريخ التسجيل : 03/04/2010
علم الدولة : الجزائر

مُساهمةموضوع: Nos derniers poèmes tristes   الجمعة 16 أبريل 2010, 19:48

La Fée Abandonnée


Le temps s'écoule et s'affole la ronde des souvenirs,
Ceux que l'on croyait enfouis pour ne plus resurgir.
Je rêve à cet amour osé, déposé dans mon cœur,
Ce temps là était Féerique et me laisse sans rancœurs.

Je suis perdue dans le brouillard de la solitude,
Tout m’a été donnée puis repris, envolée la plénitude.
Fallait il connaître tant d’amour pour qu’il s’évapore,
Me laissant sombrer dans l’agonie, sans réconfort.

Les promesses d’hommes ne sont que des mots susurrés,
Au creux de mon lourd cœur alangui, comme déchiré.
Le goût de la passion fait place à une âcre amertume,
Chaque jour devient un combat que tout mon être consume.

Mon amour s’en est allés, brisant notre alliance,
Abandonnée sur les rivages de la souffrance.
Je flotte à la recherche de la tendresse,
Perdue dans l’indifférence et la détresse.




Temps qui passe


Les jours se suivent et se ressemblent
Et nous n'serons jamais ensemble
Le temps s'efface et ne laisse place
Qu'à la souffrance qui me glace

Les heures s'égrènent et je soupire
Tous les mots que je n'ai sus dire
S'entrechoquent et ils me blessent
Je voudrais te crier ma détresse

Les nuits s'étirent silencieusement
Dis moi Amour existes tu vraiment ?
Fais mon un signe dans le noir
Apporte moi un peu d'espoir

Petit plein de chagrin
Jour que j'espère sans lendemain
Je voudrais que le temps s'arrête
Ne plus jamais me dire peut-être




Mon miroir

Dans mon miroir,
je me vois blonde,
en train de fondre en larmes
de mon coeur devenu sombre
oui, dans mon miroir,
je vois une ombre
qui renvoi direct dans une tombe
celle de mon beau-père perdu
une nuit sombre
surement la plus noir de ma vie
Pourquoi vous parler de mon miroir
Je vous parle juste de mon désespoir
Mais malgré sa, je garde espoir !
Que la vie redevienne joyeuse !


Souffle léger

Souffle léger
brise considéré
les flots qui abandonnent
la mer qui s'étonne

Qu'est ce au loin cette voie
qui de ses cris s'élancent vers toi
à chaque pas, chaque mots
ce remarquable sourire de l'eau

celui qui dit c'est fini
ton coeur est maintenant envahi
de ce que tu n'a pas chassé de ta vie
toutes ces souffrances, ces esprits

Le coeur bien lourd tu soupir
Il faut malheureusement encore choisir
et cette fois ci fais pas en sorte que le bateau chavire

plongée seule dans le calme de l'océan
ce que tu demande n'y est plus a présent
tu as perdu beaucoup trop de temps

Et maintenant, il te rattrape
de sa douceur il te frappe
ce souvenir qui s'échappe
longtemps grader au fond d'une trappe


Doux moments du passé


Doux moments du passés
Ces moments si momentanément vécus
Ton dernier souffle en un instant
M’appris que de ce monde , que tu n’est plus
Tu me manque maman…

Toi,
Qui a été la source de mon sang

Toi,
Qui m’a toujours protéger de mon inconscience
Toi,
Qui m’a toujours porter en ton sein, jusqu'à la fin de ton existence
Toi,
Qui a été la raison des doux moments

Ces moments éternellement gravés dans mon cœur
Tes yeux reflétant le plus beau des sentiments
M’extirpant de tous les malheurs
Tu me manque Maman...

Toi,
Qui a bercer mes nuits de mauvais rêves

Toi,
Qui m’a guider vers la voix de la bonté

Toi,
Qui m’a protéger de ta plus grande tendresse

Toi,
Qui a allaiter mon être de tes mots tant aimés

Ces moment que seul toi a sus réellement adoucir
Ta main dans la mienne à mes premiers pas de vie
Me donnant le meilleur que tu puisse sans faillir
Tu me manque Maman…

Toi,
Qui a fait jaillir en moi la flamme de joie

Toi,
Qui m’a si doucement baptiser de ton âme d’amour

Toi,
Qui m’a inculquer les véritables lois

Toi,
Qui a renoncer au richesses du monde pour moi

Ces moments du passés à tes cotés
Tes moindres traits qui sont les miens
M’arpentent chaque instants avec des larmes coulées
Tu me manque Maman…

Toi,
Qui a tant donner pour tracer mon long chemin

Toi,
Qui m’a jadis élever vers les plus haut cieux

Toi,
Qui m’a aimée et porter avec ses jeunes mains

Toi,
Qui a vieillit et marcher sur la contrée de dieu

J’aurais voulus tellement te dire je t’aime…Maman…



Jours de vent

Cœur sensible d’un être sublime
Mon âme va trop longtemps enchaînée
Mon âme demeure toujours affamée
A la table de ce monde infirme
Ma vie dure encore vraiment longtemps
J’ai beaucoup attendu, marché tout le temps
J’ai longtemps été à l’écoute des voix
Aucune ne semble m’interpeller hélas !
J’ai bien tout observé mais ne vois
Que ces mêmes ombres qui me lassent
Cœur sensible d’un être éblouissant
Mon corps est plein de choses sordides
Alors que mon cœur lui est vide
Alors que mes jours vont s’assombrissant...

C’est toi qui guida
Mes premiers pas
Et ouvris mes yeux
Sur l’Amour
Jusque-là mes lèvres
N’osèrent goûter
A la coupe de ce vin
Aujourd’hui enivré par toi
Tu t’en vas
Tu t’en vas si brusquement
Comme dans ce rêve
Où presque emporté
Le sommeil nous fausse compagnie.

Seigneur, entend ma voix
Entend ma voix et tend moi la main
Tend-moi la main
Et conduis-moi vers la lumière
Comme toi j’ai été livré par l’Homme
Tout comme toi je n’ai trouvé place
Parce que trop indigent
Seulement toi tu es Dieu, fils de Dieu
Et moi rien qu’un pauvre mortel
Tu t’en vas dès cette heure vers ton père
Mais moi, moi je retourne à la poussière.
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 
Nos derniers poèmes tristes
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتدى هيثم أمين :: منتديات اللغــات :: اللغـــــات الأجنبيـــة-
انتقل الى: